fracassé, vermoulu, 

abattis au plus bas 

à chercher l’enfer

où je suis déjà

venu, le moment,  

de poser le sac, sur le tas,

décharge des os usés

sur le bord, aucun réconfort

ultime effort pour abandonner

un souffle, dernier désaveu,

jamais  trop tard pour désêtre

parti pour ne plus paraître

absent sans avoir existé

déjà plus ne m’en souviens

— gérard reyne

Arnold Bocklin. Herbst und Tod [1871] (The ride of death). München, Schack Galerie

Publicités